Voulez vous ajouter cet article
à votre panier ?

Ecole & Education

Article
6-9
10-12

Le Centre Médico-Psychologique : quels avantages ? Quelles limites ?

Témoignage de parent

par | 24 avril 2015
Avantages et limites du recours au CMP

Les CMP pour enfants et adolescents accueillent tous types d'enfants en mal-être et fédèrent en un seul lieu l'ensemble des professionnels nécessaires au soin de l'enfant. L'orientation en CMP est fréquente et la plupart sont débordés. Du soin ponctuel de l'enfant violent à l'école à l'enfant durablement en retard cognitif, ils sont aujourd'hui mis en accusation : sont-ils le recours pour TOUS les enfants ? Murielle, maman de la petite Juliette, témoigne de son expérience en CMP.

Les CMP ont un rôle central dans l'accompagnement de l'enfant

Les CMP pour enfants et adolescents (officiellement créés en lieu et place des dispensaires d'hygiène mentale en 1986) accueillent tous types d'enfants en mal-être, qu'il s'agisse de troubles du comportement, des problèmes d'adaptation dans le milieu familial ou scolaire, des difficultés d'acquisition du langage parlé et/ou écrit, d'alimentation, de sommeil, etc. Ils concentrent en un même lieu les professionnels des différentes spécialité nécessaires aux progrès de l'enfant : pédopsychiatres et psychologiques, orthophonistes, psychomotriciens etc.

Ils proposent tant des consultations pour les enfants que, selon leur taille, des accueils thérapeutiques à temps partiel ou de l'hospitalisation de jour, mais aussi des accueils familiaux thérapeutiques.

En termes d'organisation, la plupart du temps un médecin est désigné pour coordonner les consultations de l'enfant et les traitements complémentaires si nécessaire. C'est en équipe en revanche que sont recommandées les orientations vers les institutions mieux adaptées à la pathologie de l'enfant, le cas échéant.

Seul véritable recours du secteur de la santé publique (et totalement pris en charge) pour les parents dont les enfants souffrent de troubles psychologiques ou cognitifs, les CMP sont loués par certains et décriés par d'autres. Ses détracteurs dénoncent une variation importante d'un établissement à l'autre, d'une implantation à l'autre (rurale ou urbaine) et d'une région à l'autre.

Vu des parents : après le CMP, le déluge ?

Murielle est maman de Juliette, bientôt 8 ans. Depuis sa naissance, Murielle sait, suite à des soucis de santé dans les premiers jours de Juliette, que le développement de sa fille nécessitera des soins et une vigilance constante, bien que les médecins n'aient pas encore à ce jour été capables de mettre un nom précis sur ce dont elle souffre. Elle raconte son expérience.

Depuis quand Juliette est-elle suivie en CMP ?

Dès ses 2 ans et jusqu'à ses 5 ans, Juliette a été suivie dans un CAMPS, sorte de structure préalable au CMP, qui ne reçoit normalement les enfants que vers 6 ans. J'ai été très satisfaite de cette expérience. Juliette avait un rythme soutenu, avec 3 fois par semaine des séances d'orthophonie, de psy et des séances de travail avec des éducatrices en individuel ou en groupe.

J'étais très satisfaite de cette structure, dans laquelle j'ai eu la chance de rencontrer des professionnels très impliqués et très concernés par l'évolution de ma fille et son bien-être, et un soutien administration particulièrement utile quand on sait la pesante pesante paperasse qui accompagne les soucis dans cette situation. Cette équipe pluridisciplinaire avait aussi l'avantage de particulièrement bien entourer la famille, toujours dans le soucis de l'enfant.

Comment s'est passée votre arrivée en CMP ?

Pour être honnête notre arrivée a été très décevante. Pourtant le CAMPS avait vraiment bien préparé le terrain en réalisant de nouveaux bilans pour que le dossier soit à jour et en expliquant parfaitement à Juliette la raison pour laquelle le CAMPS n'était plus adapté à ses besoins.

Cela n'a pas suffit et il n'y a pas eu de continuité dans la prise en charge de Juliette. Il faut dire que le CMP accueille beaucoup de monde et des cas très différents, avec beaucoup d'enfants orientés vers le centre en cours de scolarité pour des comportement violents ou des troubles dystroubles dysDifficulté persistante d'apprentissage de la lecture, en dehors de tout trouble perceptif (déficit d'acuité visuelle, auditive, ou d'affection neurologique), chez un enfant d'intelligence normale, exempt de troubles psychiques, et alors qu'il a été Lire toute la définition. Contrairement à moi, beaucoup de parents sont perdus ! Alors que j'ai eu le temps de devenir experte du cas de ma fille et j'avoue qu'au bout de 2 ans je suis perplexe.

Certes, le CMP concentre lui aussi les différents professionnels qui doivent entourer des enfants comme Juliette : psychomotriciens, orthophonistes, psychologues, psychiatres, médecins généralistes. Mais malgré une organisation "sur le papier" centralisée, avec un seul et unique médecin en charge de coordonner les soins, je n'ai jamais senti de coordination ni même l'accompagnement dont nous bénéficions au CAMPS.

D'ailleurs, le protocole de soin a été mis en place sans nous concerter. D'une certaine manière je pense qu'en CMP on n'apprécie pas du tout les parents comme moi, qui connaissent leur enfant et veulent être considérés et impliqués. Du coup, on enchaine les crispations.

J'ai l'impression de me battre sans arrêt. Me tenir informée des progrès de ma fille relève du défi et il faut que j'aille voir chaque praticien pour avoir les informations. C'est épuisant.

2 ans plus tard, où en est Juliette aujourd'hui ? Comment le CMP intervient-il auprès d'elle ?

Juliette est en CP et va avoir 8 ans. Elle a donc du retard mais a suivi jusque-là une scolarité normale. Cette année pourtant c'est plus difficile. Comme elle a un handicap avéré, Juliette est suivie par la MDPH, qui, avec l'équipe pédagogique de l'école (enseignant et psychologue scolaire), a recommandé l'orientation en CLIS.

Un bilan psychométrique (test de QI) a donc été demandé et... je m'attendais naturellement à ce que le CMP l'assure et m'accompagne. Cela n'a pas été le cas. Pire, le médecin a refusé de le réaliser alors que la demande émanait de la MDPH et il a fallu que j'aille dans le privé pour en faire réaliser un. C'est très cher (250 €), et les résultats ont été comme un coup de massue pour moi. Ils posent une réalité que l'on n'a pas forcément envie de voir aussi clairement.

Là encore aucun soutien n'est arrivé du CMP. J'ai même eu droit, lors d'un échange avec le médecin sur les examens prescrits et en présence de ma fille, à un "Ca fait beaucoup pour une petite fille". Ce qui évidemment m'a valu un "La dame elle a dit ça fait trop" lorsqu'il a fallu y revenir...

Une réponse totalement inadaptée donc alors que j'avais besoin de réponse à des questions basiques et pourtant très importantes telles que "Comment trouver une scolarité adaptée ? Quels sont les supports adaptés à ma fille ? Comment l'aborder dans la vie de tous les jours ?".

Dans cette situation, j'ai clairement vu combien le cloisonnement au sein du CMP et la difficulté à entendre les autres professionnels qui entourent l'enfant étaient un obstacle à leurs progrès. Malheureusement, en l'occurrence, c'est au détriment de ma fille.

Alors que j'ai un vrai besoin d'accompagnement et de conseils concernant l'orientation de ma fille, les professionnels qui sont censés m'entourer divergent et me laissent seule face à une décision qui engage l'avenir de ma fille. C'est déplorable et épuisant.

Qu'est-ce qui vous retient de quitter le CMP et avoir recours à d'autres structure ?

Sortir du CMP oui mais, pour aller où ? C'est la question de tous les parents qui, comme moi, ne trouvent plus dans le CMP de réponses adaptées à leurs enfants. J'ai laissé passer un peu de temps, pour me rendre compte si oui ou non l'arrêt des soins en CMP faisait régresser ma fille ou si nous pouvions la laisser grandir à son rythme. Malheureusement c'est le cas.

Pourtant, ma conviction est faite : le CMP ne lui convient pas, et j'ai même l'impression d'avoir perdu 2 ans.

Quand on fait ce constat il n'y a que 2 options. La première consiste à avoir recours à différents professionnels en libéral, mais au-delà du coût c'est une organisation qui nécessite que la coordination vienne du parent. Or, quelle expertise et légitimité ai-je pour y parvenir ? La seconde consiste à se tourner vers des associations agréées par la MDPH (aide au financement), la plupart du temps montées par des mamans qui ont rencontré les mêmes difficultés et se sont heurtées aux mêmes murs que moi.

C'est cette seconde piste que j'étudie en ce moment, tout en regrettant toujours autant que personne ne soit capable de m'accompagner dans ces choix alors que ma fille grandit et qu'elle a tant besoin d'être soutenue.

En tant que mère, j'en ai aussi besoin car quitter le CMP est une décision quasiment définitive. J'y vais, mais j'ai peur.

Et si finalement c'était le grand retour de l'instinct parental ?

Facile à dire ! En tant que parent, on n'a qu'une seule préoccupation : faire en sorte que son enfant soit épanoui et heureux. Et une question : comment faire en sorte qu'il atteigne un niveau de bonheur acceptable ?

Alors oui je m'autorise à laisser libre court à mon intuition. J'ai eu un trop-plein de professionnels je crois. Ca part dans tous les sens. J'écoute, j'engrange et j'observe pour pouvoir avoir mon libre-arbitre.

Mais c'est à ce stade que je ne suis plus à l'aise. Il y a des moment où, oui, on "sait". Mais là, la radio est coupée comme on dit. Je me sens démunie car je suis contrainte de faire 100% confiance. C'est compliqué. Pourtant les parents ne demandent pas grand chose : juste des explications claires et de la coordination.

J'ai pris la décision d'orientation en CLIS de ma fille car j'ai rencontré une psychologue scolaire en qui j'ai confiance, visité une école et rencontré une enseignante qui m'inspirent confiance. C'est déjà ça...


Ce stage est destiné aux étudiants qui comptent travailler dans le future dans ce domaine et ceux qu...
par selahtogo | le 21.03.2019
Chantier humanitaire & volontariat en Afrique 2019 avec JVSI Bonjour à tous! L’association Jeune...
par jvsitogo | le 16.03.2019
Bonjour à tous, Je me permets de partager cette annonce ici avec tous ceux qui souhaiteraient part...
par hugoliver | le 15.02.2019
Chouette, des fruits partout !
L'ASSOCIATION JVSI-TOGO VOUS INVITE A LES REJOINDRE POUR LES STAGES DANS DIVERS DOMAINES & LES CAMPS...
par jvsitogo | le 13.01.2019
Tous les messages (781) Créer une nouvelle discussion
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur.    En savoir plus    OK

Restons en contact !

Inscrivez-vous et recevez tous les 15 jours votre NEWSLETTER - NosJuniors.com

Chaque semaine des infos, des bons plans, et des cadeaux.

C'est nouveau : les fiches exercices !

A très vite !

La rédac de NosJuniors.com

Newsletter
OK
OK
INFO DU JOUR
Vous souhaitez enregistrer
cet article dans votre espace
?
Créez vos propres "dossiers" ou sélectionnez
un "dossier" existant.