Voulez vous ajouter cet article
à votre panier ?

Ecole & Education

Article

Mon enfant me ment

par | 19 mars 2011
Mon enfant me ment

Mentir est naturel pour un enfant ! Pour s'éviter des désagréments ou pour se sentir plus fort, nos enfants omettent, travestissent ou dissimulent la vérité. Faut-il réagir et quand ? NosJuniors.com a posé la question à la psychologue-experte Myriam Ott Rabiet.

"Je me suis déjà lavé les mains", "Ce n'est pas moi qui ai commencé la bagarre"… Ces petits mensonges sont banals et naturels à l'enfant. Ils ont pour fonction de retirer un avantage ou s’éviter un désagrément. Votre Junior ment pour tester le lien avec ses parents, pour satisfaire leurs attentes. Il ment aussi pour se donner un sentiment de toute puissance, une image positive de lui-même. « J’ai plein d’amis à l’école » affirme-t-il pour se sentir aimé et admiré.

Omettre, travestir, dissimuler la vérité est normal mais peut devenir problématique selon sa fréquence et la réaction de l’entourage.

A partir de quel âge l’enfant est il capable de mentir sciemment ?

Le mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition se définit comme l’action d’altérer sciemment la vérité. Or, avant 7 ans, le jeune enfant croit à la vérité de ce qu’il dit. Il ne distingue pas le vrai du faux, la vérité du mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition. Le jeune enfant ne ment pas, puisqu'il ne fait pas bien la distinction entre le monde réel et son monde imaginaire. Le mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition naît donc à l'arrivée de l'âge de raison, à 7/8 ans. C'est aussi l'âge où l'enfant découvre que ses parents mentent quand ils parlent du Père Noël ou de la petite souris… et qu'il peut donc se sentir autorisé à faire de même.

Au début de l’adolescence, vers 12-13 ans, les mensonges deviennent plus fréquents. Ils prennent la forme de dissimulations destinées à se créer un espace de liberté. "Oui, je rentre directement du collège..."

Quand un parent a l'impression que l'enfant "ment comme il respire », est ce normal ?

Le mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition est un comportement normal s’il reste occasionnel. En revanche, la fréquence du mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition peut évoquer une période difficile, un mal-être, un trouble du comportementtrouble du comportementAffections cliniquement significatives qui se caractérisent par un changement du mode de pensée, de l'humeur (affects) ou du comportement associé à une détresse psychique et/ou à une altération des fonctions mentales.Lire toute la définition.

Le mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition répétitif qui sert éviter les contraintes, comme cacher aux parents les absences à l’école ou dissimuler le carnet scolaire, peut signifier un refus de la frustration, un comportement antisocial.

L’usage répété du mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition tel que l’invention d’une famille plus riche, des exploits sportifs ou scolaires, correspond à un désir de compenser une infériorité. On parle alors non de mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition, mais de fabulations. Passée la petite enfance, si la fabulation prend une place importante dans la vie de l’enfant, elle peut traduire une immaturité ou une fragilité narcissique.

Comment le parent doit-il réagir au mensonge ?

L’adulte en tant qu’éducateur doit relever le mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition et montrer à l'enfant que mentir est inutile et inefficace. Il faut cependant éviter de le juger, c'est-à-dire le traiter de menteur. Cette étiquette pourrait vite s'avérer collante !

Si le parent se montre inattentif, crédule ou encore extrêmement moralisateur, l’enfant risque de s’engouffrer dans une succession de mensonges. Il perd confiance en lui ou se replie et ne raconte plus rien.

Avant de réagir, le parent peut prendre le temps de la réflexion et rechercher la signification du mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition : de quelle crainte ou de quel besoin, de quelle intention parlent ces mensonges persistants ?

Mentir a aussi des conséquences dans la vie à l'école, en société ? Ne faut-il pas mettre un frein très clair ?

Pour éviter que le mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition ne prenne trop de place dans la vie de l’enfant ou de l’adolescent, il est nécessaire que celui-ci mesure les conséquences de son mensongemensongeEnoncé délibéré d'un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité (dans ce cas nous parlerons de mensonge par omission).Lire toute la définition. En effet, les mensonges qui touchent à sa sécurité, à la confiance des adultes ou aux lois (comme un vol) demandent une sanction claire et proportionnelle à sa gravité.

Myriam OTT RABIET est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle exerce à Paris (https://www.psychologue-paris-nation.fr/) et s'intéresse particulièrement au développement de l’enfant, notamment de 6 à 12 ans. Pour Myriam Ott Rabiet, si tout ne se joue pas avant 6 ans, remplir son rôle de parent de Junior n'est pas si simple… Elle intervient donc pour NosJuniors.com pour répondre régulièrement aux questions que se posent les parents.

pinoccio walt disney

Illustration : Pinocchio - Edition 70ème anniversaire - 2 DVD, Walt Disney, 19,99 €


Ce stage est destiné aux étudiants qui comptent travailler dans le future dans ce domaine et ceux qu...
par selahtogo | le 21.03.2019
Chantier humanitaire & volontariat en Afrique 2019 avec JVSI Bonjour à tous! L’association Jeune...
par jvsitogo | le 16.03.2019
Bonjour à tous, Je me permets de partager cette annonce ici avec tous ceux qui souhaiteraient part...
par hugoliver | le 15.02.2019
Chouette, des fruits partout !
L'ASSOCIATION JVSI-TOGO VOUS INVITE A LES REJOINDRE POUR LES STAGES DANS DIVERS DOMAINES & LES CAMPS...
par jvsitogo | le 13.01.2019
Tous les messages (781) Créer une nouvelle discussion
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur.    En savoir plus    OK

Restons en contact !

Inscrivez-vous et recevez tous les 15 jours votre NEWSLETTER - NosJuniors.com

Chaque semaine des infos, des bons plans, et des cadeaux.

C'est nouveau : les fiches exercices !

A très vite !

La rédac de NosJuniors.com

Newsletter
OK
OK
INFO DU JOUR
Vous souhaitez enregistrer
cet article dans votre espace
?
Créez vos propres "dossiers" ou sélectionnez
un "dossier" existant.